Supervision

Selon les institutions, deux intitulés sont utilisés : « analyse des pratiques » pour certains, « supervision » pour d’autres. Nous présentons ici plus particulièrement ce que nous entendons par SUPERVISION.

La supervision est une activité qui vise à développer les compétences professionnelles. Elle permet un temps de réflexion sur l’expérience, en y alliant à la fois le perfectionnement de la pratique et la connaissance des outils théoriques.

Notre conception de la supervision 

La supervision implique l’engagement et la responsabilité des participants, nous considérons que l’accompagnement doit s’appuyer sur une dimension éthique. Nous prenons en compte la globalité de la personne dans la reconnaissance inconditionnelle de sa dignité, ceci, quelque soit ses compétences ou handicaps, sa culture ou ses croyances philosophiques ou religieuses.

Nous pensons que toute personne peut et doit être invitée à penser par elle-même, à développer son sens critique et sa liberté d’expression. Nous tenons compte de son stade de développement professionnel.

Nous croyons que toute personne peut agir en conscience sur les éléments clés de sa vie, à travers sa force potentielle de résilience.

La supervision se distingue de l’acte de formation dans le sens où les personnes sont normalement invitées à parler de leurs difficultés concrètes ; elles sont ainsi davantage impliquées car elles sont sous le regard des autres pour parler de leur savoir être, de leur savoir faire et de leur savoir. Le superviseur doit tenir compte de cet enjeu en proposant les protections nécessaires.

Nous proposons des supervisions individuelles et des supervisions d’équipe.

Supervision individuelles

Pour les enseignants, les travailleurs sociaux, les animateurs etc…La durée est généralement d’une heure.La fréquence et le nombre des rencontres sont en fonction de la demande du professionnel : de la nature de sa problématique, de son cadre institutionnel, de son désir.

Supervisions d’équipe.

Généralement, 3 règles sont discutées et appliquées :

Respect : absence de dévalorisation, la confrontation est affirmée mais bienveillante.

Responsabilité : les personnes sont invitées à nommer leurs besoins, le superviseur est responsable du processus mis en oeuvre, pas des demandes cachées.

Confidentialité : ce qui se vit au sein du groupe appartient au goupe et n’est pas partagé à l’extérieur.

Méthode pédagogique : les situations évoquées sont traitées dans une démarche systémique. Si une situation est centrée sur une personne particulière, l’analyse porte sur l’ensemble du système. S’opposant au phénomène de « bouc émissaire », la réflexion cherche à interroger les responsabilités de  chacun.

La méthode s’appuie sur 5 clés :

la relation : le superviseur accueille ce que le participant vit dans sa situation professionnelle, il vise à instaurer un climat de confiance : source motivation et de progrès, d’ouverture et de changement. La relation implique recul, distance et parfois humour.

l’apprentissage: la personne supervisée doit apprendre quelque chose de la séance, cela implique qu’elle prenne conscience du processus et du contenu qu’elle vit elle même face au public accueilli. Pour cela le superviseur l’invite à donner sens à ce qu’elle fait et comment elle le fait. Il lui donne des informations et des éléments de son observation. Il complète avec des apports théoriques ponctuels.

la compétence : Le superviseur vise à développer les compétences de la personne en lui permettant notamment de prendre conscience de ce qui lui appartient et de ce qui ne lui appartient pas. Il l’aide à s’interroger sur sa pratique et à questionner sa capacité à mettre en pratique ce qu’elle a appris.

l’évaluation : tout au long du processus il est important de pouvoir évaluer pour conforter, recadrer, développer les éléments du processus et du contenu.

Le temps : utiliser le temps comme allié ; du temps pour penser et réfléchir, pour donner sens à ce qu’on fait, pour changer ses habitudes en sécurité, pour expérimenter et innover.

Dans un même groupe, le travail de supervision peut concerner des demandes individuelles ou collectives. Une personne peut à titre personnel, demander un entretien d’aide, l’entretien est alors conduit en face à face avec le superviseur, les autres participants sont observateurs. Chaque participant est chargé d’une observation particulière sur un des points étudié ensemble. D’autres formes pédagogiques peuvent être proposées. géralement la démarche de supervision est la suivante :
  1. Mise en clarté des informations sur le contexte : ce qui s’est passé, les acteurs concernés, les signes observables etc…
  2. Identification du ou des problèmes : où est le problème ? Pour qui ?
  3. Contractualisation avec la personne : que veux t-elle trouver ici par rapport à cette situation et qu’attend t-elle du superviseur ?
  4. Réponse à la demande contractualisée.
  5. Évaluation du travail réalisé.

La théorie de référence est l’analyse transactionnelle associée à d’autres approches : psychanalyse (analyse du transfert et du contre transfert), analyse systémique et approche centrée sur la personne de Rogers.